Kilian Jornet reaches the summit of Everest

Kilian_xx.ss

Kilian Jornet reached the summit of Everest at midnight of 21st to 22nd May (local time) in a single climb without the help of oxygen or fixed ropes.

He reached the summit via the north face of the world’s highest mountain (8,848m) following the traditional route. Kilian Jornet began the challenge at Everest Base Camp Base near the ancient Rombuk monastery  (5,100m) on May 20 at  22h local time (+5:45 GMT).

At 12h15 local time of May 22nd he is back in the Advanced Base Camp (6,500m) where he confirmed summiting Everest at midnight, 26 hours after beginning the ascent.

38 hours after starting the temptative, he has arrived to the Advanced Base Camp of Everest, he explained: “Until I reached 7.700m I felt good and was going according to my planning, but there I started to feel stomach ache, I guess due to an stomach virus. From there I have moved slowly and stopping every few steps to recover. However, I made it to the summit at midnight”.

Due to this indisposition, Kilian Jornet choses to conclude the attempt, and stay in the Advanced Base Camp and not returning to Rongbuk as planned.

Once we have more information about the challenge, we will inform through the channels of Summits of My Life.

KILIAN JORNET BEGINS THE EVEREST CHALLENGE AS PART OF THE SUMMITS OF MY LIFE PROJECT

Today, May 20th, Kilian Jornet has begun his personal project of climbing the north face of Everest. The Cerdanya athlete aims to set a new benchmark for the ascent and descent of the world’s highest mountain (8,848m) without oxygen. The challenge is part of his Summits of My Life project which since 2012 has seen him to climb mountains around the world in a minimalist and pure style.

The attempt on Everest began today at 10PM local time at the Base Camp on the north face of the mountain at the ancient Rongbuk monastery (5,100m). From there Jornet will climb to the Advanced Base Camp at 6,500m and then try to reach the summit at 8,848m. In the end, Jornet has opted for the normal route for the ascent. The build-up of ice in the Norton corridor, his intended route, has forced him to opt for a safer one.

In his attempt, Jornet will not carry oxygen nor use fixed ropes and will carry the lightest material possible.  

Before he set off, Jornet said: “I feel very good physically and I seem to have done a good job of acclimatising myself. We hope the weather holds out and that we can complete the challenge which is the last of the  Summits of My Life project. It will be a long, hard day on the mountain but it will also no doubt be a wonderful experience!”

No one has attempted this particular challenge before and this will determine how long it takes Jornet to complete this difficult attempt.

The Summits of My Life channels will publish updates on the expedition.

3_low

#OurEverest

Captura de pantalla 2017-04-25 a les 17.54.01

Kilian Jornet is ready for the great adventure of 2017. After taking part in the Mezzalama yesterday, where he finished second together with Marti Werner and Martin Anthamatten.

There was no time to relax as he boarded a plane en route to the Himalayas, where he expects to spend the next few weeks on two very different climbing projects.

First stop: Cho Oyu

During the first part of his trip Kilian Jornet will attempt to climb Cho Oyu (8,201m), the world’s sixth highest mountain. He will be accompanied by his companion Emelie Forsberg.

Jornet and Forsberg looked for a peak that would be reasonably accessible from base camp. After considering various options they chose this mountain which has a reputation as one of the least technically difficult in the Himalayan range.

According to Jornet: “It will be interesting to see how we feel as we will have to acclimatize very quickly. We’ve been preparing this expedition for weeks but we won’t know how our bodies will react until we get there. It will be an interesting experience and Emelie’s first 8,000m and I want to be there to accompany her. As for me, it will be good preparation for Everest because I’ll be better acclimatised when I get there.”

The pair will be on Cho Oyu for two weeks before Jornet prepares himself for the second part of the trip.

Everest, the remaining giant  

In mid-May Jornet will travel to Tíbet to reach the monastery at Rongbuk, at 5,000m, the starting point for the Everest expedition (8.848m). This time the team is even smaller and only the cameraman Sébastien Montaz-Rosset will accompany him. Jornet’s objective is to conquer the world’s highest mountain and complete his personal project, Summits of My Life.

Over the past six years Jornet has travelled around the world setting climbing records on the world’s most iconic mountains. He began on Mont Blanc in 2012 and since then has climbed mountains in Europe (Mont Blanc and Cervino), North America (Denali) and South America (Aconcagua). Now, to complete the project, for the second time he will attempt the ascent of Everest after having to postpone the 2016 attempt due to bad weather conditions.

The team planned to travel to the Himalayas in autumn but, unable to obtain permits, decided to bring it forward to spring, as Jornet explains: “This year will be different from 2016 as there will be more people in the base camp while last year we were alone. The reason for wanting to try it in August-September is the temperatures are a little warmer and there is less risk of freezing. In spite of everything, the knowledge we acquired last year will prove vital in this expedition.”

As they did last year, the Summits of My Life team will try to reach the summit of Everest via the north face. The north face is the least well known, as most commercial expeditions go via the south side. Jornet still doesn’t know what route he will take as it will depend on the weather conditions. The idea is to attempt it via either the Norton or the Hornbein corridors. i

During the first few days the team will establish the advanced base camp (ABC) at 6,300m. From there they will make several excursions to acclimatise and reconnoitre the terrain before heading down to the starting point. This is the basic principle of  Summits of My Life: ascending from the last inhabited place and returning to it once the summit has been reached. On this occasion the point of departure will be the Rongbuk monastery at 5,000m.

Jornet knows that on Everest the most important things to bear in mind are the altitude and the weather conditions: “There are many factors in play that will depend on how I feel at altitude and the prevailing conditions during the expedition. That’s where we will take the decisions, but knowing that we want to do it as we have always done – light and quick. There are people who think it’s madness but for me the mountain is a space where everyone should be free to do what they think they can do. I like to travel light so I can be quick. In this way, we spend less time at altitude and suffer less fatigue, although we are aware that it makes the expedition more risky. However, weighing everything up, this is the way we’ve chosen and that we will attempt again on Everest.

Kilian Jornet expects to spend a month on Everest in order to make the attempt before returning to Europe.

Our Everest, a global campaign

The expedition can be followed using the hashtag #OurEverest. The idea is to bring together the community of followers who have backed the project since the beginning and who have made the expedition to Everest possible.

Jornet says: “We began this challenge together five years ago and with our values and our approach to the mountain we’ve got to this point. Although we don’t know what will happen, I’m clear about one thing: it’s not my Everest, but ours, everyone who has in one way or another contributed to making this project a reality.”

You can find out more about the project at http://everest.summitsofmylife.com/  and on the project’s social networks on Facebook and Twitter.

unnamed

Chronique de #SoMLEverest par Kilian Jornet

En août dernier, Seb Montaz Rosset, Jordi Tosas, Vivian Bruchez et moi sommes partis en expédition en Himalaya. L’objectif : essayer d’établir un nouveau record d’ascension depuis le monastère de Rongbuk jusqu’au sommet de l’Everest, en passant par la face nord, puis retour jusqu’au point de départ. Ce défi, nous n’avons pas pu le relever, mais il nous a permis d’en apprendre beaucoup sur la montagne et l’alpinisme. Quatre ans après le lancement du projet Summits of My Life, qui nous a emmenés sur les sommets du mont Blanc, de l’Elbrouz, du Cervin et de l’Aconcagua, nous gardons l’espoir de relever un jour ce défi passionnant et de gravir l’Everest.

kj_amb-mosca

Après plusieurs semaines de préparation en altitude dans les Alpes, nous arrivons à Katmandou le 7 août. Nous disposons d’un billet aller, mais pas de retour, même si notre objectif est d’atteindre le sommer en quatre à six semaines. Tout dépendra de notre acclimatation et des conditions que nous rencontrerons en montagne, mais nos sensations sont bonnes. Nous sommes impatients de démarrer l’aventure. L’idée initiale est de nous rendre directement à Rongbuk, puis au camp de base, mais quelques contretemps administratifs nous empêchent d’arriver au Tibet avant le 16 août.

Nous exploitons les journées précédant notre départ au Tibet pour peaufiner notre acclimatation dans le Langtang et nous en profitons, au passage, pour aller voir comment se déroulent les travaux de reconstruction de la vallée après le tremblement de terre de l’année précédente.

Nous remontons la vallée depuis Syabru Besi jusqu’à Kianjin Gompa. Nous constatons que la région commence à retrouver une certaine animation : les lodges rouvrent leurs portes et les villages les plus touchés, comme Langtang, commencent à se reconstruire après l’hiver et la mousson, en attendant que le flux de touristes, encore très faible dans cette vallée, se régularise et redevienne semblable à la période précédant le tremblement de terre. Le projet solidaire lancé avec l’ONG SOS Himalaya a permis de reconstruire quelques maisons du village de Langtang, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous profitons également de cette semaine dans le Langtang pour monter jusqu’à 5 500 m.

Après un long voyage jusqu’au Tibet, nous arrivons enfin à Rongbuk le 19 août, là où la route s’arrête, au pied de la face nord de l’Everest. Le chemin pour arriver jusque-là a été long, mais la récompense en vaut la peine : la montagne, depuis cette face, a la silhouette parfaite d’une pyramide blanche traversée de bandes de rochers.

Nous passons deux jours à Rongbuk et nous en profitons pour gravir quelques sommets culminant à 6 500 m d’altitude. Le 22, nous montons au camp de base avancé (également appelé « ABC », pour Advanced Base Camp) avec Sitaram, le cuisinier népalais de l’agence, Namste, le kitchen boy tibétain, et 12 yaks. L’état des moraines empêchant les yaks d’arriver au camp ABC (situé à 6 500 m), c’est finalement à 5 km du camp et à 6 000 m d’altitude qu’ils s’arrêtent, altitude où nous choisissons de monter les tentes et d’installer ce qui sera notre camp pour l’expédition.

diarikj_1_mosca

La semaine suivante, nous devons nous acclimater en altitude. Les sensations sont bonnes et, comme la météo est avec nous, avec de longues journées de soleil et de chaleur, sans vent, nous pouvons rapidement monter à 7 200 m en direction du col Nord, vers Rapiu La, et jusque 7 700 m, sur l’arête Nord. Comme nous évoluons seuls, chacun selon son rythme, nous cherchons le chemin le plus sûr entre les crevasses et les séracs. Le 29, j’atteins 7 700 m, en cherchant une ligne à gauche des séracs du col Nord. Plus précisément, sur la face NNE. Si les conditions de la face NNE sont parfaites, avec de la neige qui recouvre les chaussures et de la glace, en arrivant sur l’arête, la quantité de neige fraîche tombée pendant la mousson devient flagrante, et je dois faire la trace avec de la neige jusqu’à la taille. Je m’arrête ce jour-là à 7 700 m d’altitude. Quelle sensation incroyable de se retrouver seul sur une montagne aussi vaste ! Il y a beaucoup de neige, ce qui complique la progression, mais les conditions sont bonnes en ce qui concerne la sécurité. Il n’y a aucun risque d’avalanche et la météo est très stable.

diari_kj2_amb-mosca

Au bout de deux jours, le 31 août, nous décidons d’effectuer une dernière journée d’acclimatation, en cherchant à atteindre 8 000/8 200 m d’altitude. Cette fois-ci, nous (Seb, Jordi et moi) quittons le camp à 3h du matin par la moraine, et à 6h nous sommes au pied de la face NNE. Nous décidons de monter par un nouvel itinéraire sur la droite de la face, via un éperon et une goulotte situés à droite de la voix russe et permettant d’atteindre 7 900 m à droite des clochetons. La progression est bonne, les conditions de neige et de glace sont parfaites, avec des pentes à 55 degrés en moyenne et quelques pas ou traversées sur la glace. À midi, arrivés à 7 600 m d’altitude, un changement de temps imprévu se produit. Il se met à neiger fortement, avec un risque élevé d’avalanche.

Après cette tentative, nous descendons quelques jours à Rongbuk pour nous reposer et attendre le retour de la stabilité et du beau temps. Nous sommes prêts à tenter le sommet, grâce à de très bonnes sensations.

Pendant ces quelques jours, la mousson s’intensifie : le vent souffle fort et les précipitations sont constantes. Le beau temps semble arriver et, le 8 septembre, nous faisons une tentative vers le sommet avec Jordi et Seb. Nous savons que les conditions sont compliquées, mais nous voulons essayer. Nous quittons le camp à minuit. Nous arrivons à 3h au pied de la face NNE, nous passons la rimaye, mais rapidement, à 7 000 m, nous nous rendons compte que le vent a formé de grosses plaques et nous décidons de redescendre.

foto-kj-3

Nous analysons la situation et nous ne pouvons que constater que, durant ces quelques jours, la face a reçu de gros cumuls de neige et le vent a formé de nombreuses plaques, non seulement dans la face NNE mais également sur l’arête. Compte tenu de ces éléments, il nous faudrait pouvoir modifier de nombreux paramètres pour pouvoir engager une tentative vers le sommet en sécurité. Nous décidons de reporter cette ascension de l’Everest, sachant que faire une tentative rapide signifierait s’exposer à un accident. Les conditions météo ne sont pas propices. Nous devons attendre le retour du vent pour qu’il chasse la neige et attendre que la météo se stabilise pour pouvoir faire une nouvelle tentative en toute sécurité. Ce qui implique d’attendre de nouveaux permis et de renforcer la fatigue engendrée par l’attente sur la montagne.

Malgré tout, notre permis est encore valable une semaine et nous en profitons pour sillonner la région. Le 11 septembre, je me rends au Chang Tse, à 7 580 mètres d’altitude, depuis le camp. Le même jour, Seb skie le Changzheng Peak, à 6 977 mètres. Le jour suivant, je décide de monter le plus haut possible par la voie normale de l’Everest. De forts cumuls de neige sont présents jusqu’au col Nord, mais la progression est fluide. De grosses accumulations sont présentes sur l’arête et, par trois fois, des plaques se rompent et dévalent la face Nord. Toutefois, la neige est dure, ce qui permet une progression très rapide. De cette manière, je peux monter jusqu’à 7 950 mètres avant la mi-journée. C’est à partir de ce moment-là que le temps tourne et qu’il se met à neiger. Je descends rapidement en suivant les traces de montée et, à 15h, je suis arrivé au camp. Il est temps de quitter l’Everest en espérant y revenir plus tard. Le jour suivant, le 13 septembre, Vivian, Seb et moi partons à ski pour le sommet qui domine notre camp, à 6 910 mètres d’altitude, entre le Changtse et le Changzheng.

La semaine se termine et les conditions en montagne ne changent pas. La météo reste instable et le danger d’avalanche très élevé dans les parties hautes. Nous quittons le camp avec une certaine sensation de frustration, car nous sommes suffisamment acclimatés pour grimper sans prendre de risques élevés. D’un autre côté, nous sommes très satisfaits de ce que nous avons pu faire. Je suis vraiment heureux de tout ce que j’ai appris au cours de ces dernières semaines en Himalaya. Certaines choses ont fonctionné, d’autres doivent être revues. Nous avons beaucoup appris et, en ce qui me concerne, j’ai développé mes qualités d’alpiniste. Les sensations globales de cette expédition sont très positives, même si nous n’avons pas pu aller au sommet. Cette formidable expérience nous sera, sans en douter, très utile lors de notre prochaine tentative !

Kilian

kj_pujada_newsletter

Kilian Jornet ajourne le rêve de conquérir l’Everest

fitxer_001

Kilian Jornet est rentré de son expédition à l’Everest sans avoir abouti à couronner la plus haute montagne du monde. Les mauvaises conditions sur le trajet final de l’expédition ont empêché la réussite de cette tentative d’ascension de la face nord de l’Everest.

Comme il l’a expliqué: Les premières semaines nous nous sommes très bien acclimatés et les conditions étaient favorables. Pourtant, quand nous étions prêts à préparer l’ascension, le temps a commencé a changer et plusieurs chutes de neige ont laissé une forte accumulation de neige. Alors, même si nous étions physiquement bien, il y avait un risque sérieux d’avalanche et il est devenu impossible de réaliser l’ascension en toute sécurité.

Malgré l’impossibilité de mener à bien le défi, Jornet est satisfait de l’expérience. “Il reste un peu de frustration, vu qu’on était bien acclimatés et les impressions étaient plutôt bonnes, mais il était trop risqué de tenter. De toute façon, nous sommes contents parce que c’était une expérience très positive et nous avons beaucoup appris. Être seuls sur l’Everest est quelque chose d’incroyable, puisqu’il n’y avait pas d’autres expéditions. Nous rentrons chez nous maintenant pour nous récupérer et envisager la suite. Je crois qu’on va retourner et qu’on va sûrement changer certaines choses, mais on rentre avec une belle expérience et un bon apprentissage pour la prochaine fois”.

Après avoir passé trois semaines au camp de base de la face nord de l’Everest (6.000 m) à s’acclimater et se préparer pour tenter le défi de couronner la montagne la plus haute du monde, Jornet et son équipe de Summits of My Life ajourne l’ascension de l’Everest jusqu’à une prochaine campagne.

Avec ce défi, Killian Jornet voulait achever le projet de Summits of My Life, qui depuis 2012 lui a mené à battre des records d’ascension et descente de montagnes partout dans le monde.

[Prochainement, un communiqué avec tous les détails de l’expédition]

Summits of My Life a remporté son défi solidaire d’aide au Népal

Summits of My Life vient de gravir son sommet le plus solidaire ! En décembre dernier, parallèlement au lancement du film Langtang, Summits of My Life et l’ONG SOS Himalaya-Fondation Iñaki Ochoa de Olza se sont lancé l’objectif de récolter 58 080 euros afin de participer à la reconstruction de 116 maisons dans la vallée du Langtang, l’une des zones les plus touchées par le tremblement de terre qui a frappé le Népal en 2015.

Sept mois après le début de cette aventure solidaire, Summits of My Life a réussi non seulement à réaliser ce défi mais à faire encore plus. Au total, grâce aux dons effectués via la plateforme Mi Grano de Arena et aux actions solidaires organisées au cours de cette période, ce sont 58 958,03 euros qui ont été récoltés. Cette somme est gérée par l’ONG SOS Himalaya-Fondation Iñaki Ochoa de Olza qui s’est déplacée sur le terrain en mars pour coordonner les travaux de reconstruction.

Cette aide a permis d’apporter un peu de soutien après le tremblement de terre du 25 avril 2015 qui a eu de graves conséquences pour le Népal : selon les chiffres officiels, outre un nombre important de personnes déplacées, la catastrophe naturelle a coûté la vie a plus de 9 000 personnes. L’une des zones les plus touchées est la vallée du Langtang, où l’équipe de Summits of My Life a pu constater les conséquences du tremblement de terre.

Le village de Langtang a été entièrement enseveli sous une avalanche de neige, de glace et de pierres déclenchée par le séisme en raison de la grande quantité de neige accumulée lors d’un hiver particulièrement dur. L’onde de choc de l’avalanche a également sérieusement endommagé les villages de la région. Les rares survivants de la catastrophe ont été évacués dans un camp de réfugiés de Katmandou. Le tremblement de terre les a laissés sans toit et la majorité d’entre eux vivent actuellement dans des logements temporaires.

Pour remédier à cette situation, Summits of My Life et l’ONG SOS Himalaya-Fondation Iñaki Ochoa de Olza ont lancé une campagne de levée de fonds afin de participer à la reconstruction du Langtang. Ce projet a été mené parallèlement à la sortie de Langtang, le troisième film du projet Summits of My Life, qui relate l’expérience de Kilian Jornet et de son équipe juste après le tremblement de terre.

Les habitants du Langtang ont créé un comité grâce auquel ils ont recueilli les dons des organisations internationales destinés à être investis dans la reconstruction de la vallée.

Pour participer à ce projet, Summits of My Life a organisé plusieurs actions, en plus de la promotion des dons via la plateforme Mi Grano de Arena. Ainsi, ce sont 7 884 euros qui ont été récoltés lors du tirage au sort solidaire de la montre Suunto Ambit 3 Peak de Kilian Jornet. À cette somme se sont ajoutés les 11 916 euros récoltés lors de la première du film Langtang en mars dernier à Barcelone et à Stuttgart, parallèlement au O.U.T. Salomon Festival. Trente-huit projections ont également été organisées le 25 avril dernier à travers le monde pour commémorer le premier anniversaire du séisme au Népal, qui ont permis de réunir 17 082 euros et 22.076,03 rejoint les dons anonymes faites par Mi Grano de Arena.

Au total, ce sont 58 958,03 euros qui seront utilisés par SOS Himalaya-Fondation Iñaki Ochoa de Olza pour acheter du matériel et permettre la reconstruction du Langtang : tôles de construction pour les toits, contreplaqué pour les murs et les plafonds, transport du matériel par hélicoptère et main d’œuvre.

Les membres de l’ONG se sont déplacés sur le terrain pour coordonner les travaux de construction. Un gros travail de déblaiement a dû être effectué dans un premier temps, car le village était enseveli sous l’avalanche déclenchée par le séisme. Cette étape terminée, le processus de reconstruction des maisons a commencé et sera mené à bien au cours des prochains mois.

Malgré le soutien déjà fourni, les habitants du Langtang ont encore besoin d’aide pour retrouver une vie normale. Tous ceux qui le souhaitent peuvent continuer à participer à la reconstruction du Langtang en faisant un don à SOS Himalaya-Fondation Iñaki Ochoa de Olza.

Nous comptons sur vous pour aider le Népal !

samarreta_ok!_FR

Le 25 avril 2015 aura lieu le premier anniversaire du tremblement de terre du Népal et chez Summits of My Life nous avons préparé une action très spéciale pour rendre hommage au peuple népalais sur les réseaux sociales. L’objectif : rappeler au monde entier que le Népal a toujours besoin de notre aide pour sa reconstruction.

Nous voulons que vous soyez la voix de notre projet !

Si vous n’avez pas le t-shirt, vous pouvez partager cette image sur vos réseaux sociaux!

comparteix_2_OK

On compte sur vous ? Partagez le projet sur vos réseaux sociaux. Si nous nous joignons tous et toutes à cette initiative, nous pourrons arriver très loin.

Summits of My Life Commemorates the first anniversary of the Nepal Earthquake

screening_FB_summs

Screening list

Screening list

Åndalsnes (Norway)

Åre (Sweden)

Baguio (Philippines)

  • Where: Canto Restaurant
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: At the venue
  • Organizer: The Cordillera Conservation Trust

Bali

Barcelona (Spain)

  • Where: Filmoteca de Catalunya
  • Time: 20:00 h
  • Tickets: At the venue (19.00 h)
  • Organizer: Summits of My Life

Brussels (Belgium)

Calella, Maresme (Spain)

  • Where: Sala Mozart 
  • Time: 21:00 h
  • Tickets: At the venue
  • Organizer: Ajuntament de Calella

Doha (Qatar)

Hong Kong

  • Where: Hebe Haven Yacht Club
  • Time: 18.15 h
  • Tickets: At the venue or via email at steve@racebase.asia
  • Organizer: Race Base Asia

Hong Kong

Hong Kong

  • Where: Taikoo Place
  • Time: 19:30 h
  • Tickets: At the venue or via email at steve@racebase.asia
  • Organizer: Race Base Asia

Jakarta (Indonesia)

  • Where: Pavilum 28
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: At venue
  • Organizer: Race Base Asia

Putrajaya (Malasia)

Ordino (Andorra)

  • Where: Auditori Nacional d’Andorra
  • Time: 21:00 h
  • Tickets: At the venue and Oficines de Turisme d’Ordino i Andorra la Vella
  • Organizer: Cims Màgics, Comú d’Ordino, Govern d’Andorra and Radio i Televisió d’Andorra
London (UK)

Manila (Philippines)

  • Where: Conrad’s Cafe
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: At the venue
  • Organizer: Race Base Asia

Mallorca (Spain)

  • Where: Evasion Running Mallorca
  • Time: 21:00 h
  • Tickets: At the venue and On-line
  • Organizer: Evasion Running Mallorca

Mojstrana (Slovenia)

Réunion Island (France)

Rotorua (New Zealand)

  • Where: G Block Lecture Theatre
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: At the venue
  • Organizer: Rotorua Running Club

Salvan (Switzerland)

  • Where: Salle Polyvalente Salvan
  • Time: 20:00 h
  • Tickets: Maison du Tourisme de Salvan / Les Marécottes and at the venue
  • Organizer: Commune Salvan

San Francisco (USA)

San Sebastián (Spain)

  • Where: Aquarium
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: On-line
  • Organizer: El Diario Vasco

Singapore

Sofia (Bulgaria)

  • Where: National Palace of Cultura, Sala Lumiere Cinema
  • Time: 19:00 h
  • Tickets: On-line
  • Organizer: Travellers Club Bulgaria

Tokio (Japan)

Tenerife (Spain)

Zaragoza (Spain)

SUMMITS OF MY LIFE SOUHAITE CONSTRUIRE 116 MAISONS AU NÉPAL

SOML_ONG_fr

Summits of My Life participera à la reconstruction de 116 maisons dans la vallée du Langtang

Parallèlement à la présentation du film, Kilian Jornet a exposé le projet solidaire de Summits of My Life, qui s’associe à l’ONG SOS Himalaya pour participer à la reconstruction de la vallée du Langtang.

« Cette expérience au Népal nous a permis de nous rendre compte que nous voulions continuer à aider les habitants du Langtang, qui ont tout perdu. En rentrant du Népal, nous avons commencé à nous renseigner et, avec SOS Himalaya, nous avons trouvé un projet qui s’intègre parfaitement à la vallée du Langtang. SOS Himalaya est une ONG avec laquelle nous partageons de nombreuses valeurs. Nous sommes très heureux de démarrer cette collaboration », expliquait Kilian.

Le séisme d’avril dernier a eu de graves conséquences dans la vallée du Langtang. Le village de Langtang a été entièrement détruit après le déclenchement, par le séisme, d’une avalanche de neige, de glace et de pierres due à la grande quantité de neige accumulée tout au long d’un hiver particulièrement dur. Le souffle de l’avalanche a également causé des dommages sérieux dans les villages voisins. Les rares survivants de la catastrophe ont été évacués vers un camp de réfugiés à Katmandou. Malgré le retour de certains habitants dans la vallée, la majorité d’entre eux sont désormais sans maison.

Summits of My Life et SOS Himalaya s’associent pour lancer une campagne de levée de fonds visant à permettre la reconstruction de 116 maisons pour les 116 familles qui veulent retourner vivre dans la vallée. Les maisons seront reconstruites conformément à l’architecture traditionnelle du Népal, la « Jasta Pata », c’est-à-dire avec des tôles en zinc disposées sur une structure en bois.

En plus du matériel nécessaire à la construction des Jasta Pata, le coût principal de cette initiative réside dans le transport. Les accès à la vallée du Langtang, déjà compliqués auparavant, ont été endommagés par le tremblement de terre et seul le transport par la voie des airs est possible. Les maisons seront reconstruites à différents endroits de la vallée, puisque, à l’heure actuelle, il n’est pas possible de reconstruire là où se trouvait le village de Langtang.

Summits of My Life participera à différentes initiatives afin de pouvoir récolter les fonds nécessaires. Parmi elles, tous les bénéfices récoltés à l’occasion de la présentation de Barcelone seront affectés au projet. Une nouvelle campagne de levée de fonds sera organisée par la suite afin d’atteindre l’objectif de 58 080 dollars.

Les dons pourront être effectués sur le site Internet du projet : www.summitsofmylife.com/nepal.

Go to top